La courbe du destin....

Publié le par Drinkel

naima.jpg

 

Le cinéma se meurt…Après la fermeture des salles, phénomène qui paraît inéluctable puisque rien ne peut contrecarrer la logique du profit et de la spéculation immobilière, ce sont maintenant les créateurs qui disparaissent l’un après l’autre, quelquefois dans le silence et l’anonymat comme ce fut le cas récemment avec la mort de Naïma Saoudi. Je ne sais pour quelle raison, cette femme symbolisait à mes yeux les souffrances d’un métier qui n’est pas toujours de tout repos dans le contexte qui fut et qui est toujours le notre. Bientôt je dirai  que je connais plus de cinéastes marocains morts que vivants. Mohamed Reggab,  Sefrioui, Driss Karim, Mohamed Lotfi, Meziane, Ahmed Bouanani…Des acteurs, des critiques que j’ai connu ne sont plus de ce monde : Doghmi, Afifi, Noureddine Kachti, Mohamed Soukri ….


 acteur

mohamed-lotfi1.jpg reggab

 

La liste s’allonge hélas d’année en année, et beaucoup subissent les foudres du destin et souffrent en silence et dans l’oubli. Qui se soucie aujourd’hui du sort de Hamid Bensaid l’un des premiers lauréats de l’école de Lodz, Mustapha Derkaoui qu’une maladie brutale condamne à l’immobilité, et d’autres encore qui subissent un destin cruel loin du tintamarre et de l’agitation des festivals. Une véritable malédiction s’abat sur un secteur qui n’en peut plus d’être sinistré. Qui donc infléchira la courbe du destin ?

 

BOUANANI_Ahmed_byAliEssafi_IMA.jpgdoghmi

 

N.B.

 

Je venais à peine de terminer l’écriture de cet article lorsque j’appris que l’acteur marocain Mohamed Majd était gravement malade…Le lendemain j’apprenais sur facebook qu’il venait de décéder ce qui donne à ce papier un caractère prémonitoire que je n’ai nullement cherché. Ainsi la boucle est bouclée. Naïma Saoudi  et Mohamed Majd font tout deux partie de ma mémoire de cinéphile et je me  souviendrai toujours de la prestation de Majd dans Forêt et Al-Bborak du réalisateur Majid Rechiche…En 1974 j’avais fait une tournée dans les ciné-clubs du Maghreb pour montrer ces films qui auguraient d’une écriture et d’un destin du cinéma marocain….Le voyage continue.

Mohamed-Majd-1717.jpg

 

Commenter cet article