Toute la mémoire du monde.

Publié le par Drinkel

coup-de-torchon-1981-tou-03-g 

Pour beaucoup de cinéphiles, les revues de cinéma ont été  le grenier inépuisable et le complément indispensable pour approfondir la culture cinématographique. En tant qu’ancien animateur des ciné-clubs je devais y chercher l’information nécessaire (générique, entretiens avec les réalisateurs, conditions de tournage…etc.), pour présenter les films et diriger les débats. C’est dans la belle salle de l’Empire de Meknés (dirigée alors par un exploitant amoureux, d’origine grecque, Mr Sando..) et dans les locaux du Cercle culturel de cette ville que je me suis initié à cet art sous la protection bienveillante de cinéphiles aînés à qui je voudrais rendre hommage dans ce blog. D’abord Michel le Hérissé, un breton aux yeux limpides et une tête de partisan. Militant au parti communiste français, il avait gardé l’intégrité et la droiture de ceux qui ont libéré la France.

michel

Il était de cette lignée de cinéphiles pour qui le cinéma était plus qu’un Art, une religion pour aider à l’émancipation de l’homme et haïssait plus que tout ce qu’il appelait le gâchis de pellicule. Je me souviens de sa furie contre Jean Daniel Simon (La fille d’en face), qui contrastait avec son enthousiasme pour le Dieu noir et le diable blond de Glauber Rocha…Nous avons passé des heures au Cercle culturel à décortiquer Le cuirassé Potemkine,  plan après  plan, et à potasser les Cahiers jaunes dans la bibliothèque du ciné club…

andre-bazin

André Bazin 

Un autre compère, Antonio Rosado, républicain espagnol et grand cinéphile m’a fait connaître l’univers de Buñuel dont Los olvidados et Terre sans pain m’ont profondément marqués. Libertin et amoureux de la fille de Mr Sando, Rosado était lui-même un personnage de cinéma…Sous la protection de Michel et Antonio, toute la mémoire du monde s’offrait à nous et oublions que nous étions des enfants du Tiers-Monde. Une bière au Rex, un café à la Coupole  et des kilomètres de pellicule suffisaient pour nous rendre heureux. Un autre grand cinéphile, marocain celui-là, revenait de Russie écœuré à jamais par le stalinisme et la nomenklatura de l’époque. Peintre et poète à ses heures, il ne jurait  que par Breton et Stanley Kubrick et disait que la différence entre Hitler et Staline  se mesurait à la taille de leur moustache. Mustapha Fadel couronnait  notre petit groupe.

19169885

Avec le temps je me rends compte que ces deux années de la fin des années soixante où j’ai eu dix huit et vingt ans, ont été probablement les plus belles de ma vie. Qui a dit qu’on n’était pas heureux à vingt ans ?

60-1

Parmi les revues de cinéma qui m’ont marqué, j’ai une tendresse particulière pour la Revue de la Fédération française des ciné-clubs, longtemps éditée sous un petit format (genre Reader Digest) mais dont le contenu est d’une grande richesse. De grands critiques, voire de grands cinéastes (je pense à Tavernier) y ont fait leurs débuts. Je considère Marcel Martin (dont Le langage cinématographique  est devenu un classique) comme une des meilleures plumes de la critique française. Ses articles dans la Revue de cinéma répondent aux trois critères énoncés par Henri Agel : lisibilité, amour du cinéma et grande culture générale…Je m’y référais souvent pour rédiger les fiches techniques du Club cinématographique de Rabat. Parmi les anciens collaborateurs de la revue, René Gilson est sans doute le plus brillant. Grâce à ses articles j’ai découvert le film noir et le cinéma américain d’après guerre. Ses articles sur le burlesque et Fred Astaire sont une pure merveille. Comme Tavernier, il finira par passer derrière la caméra (Juliette et l’air du temps, Un été à Paris ).

gilson

René Gilson

Bien des personnalités du cinéma français ont fait leur début dans cette revue modeste de forme mais tellement riche en contenu. Vous y trouverez les premiers textes de Gilles Jacob, Claude Beylie, Pierre Billancourt…La collection qui a été mise sur la toile est un trésor inestimable…

Les+Plumes+Annual+Ceremony+U7mwp5ekP3Jl

Marcel martin 

Commenter cet article