Elle est belle ma ville...

Publié le par Drinkel

      580789279 small

 

Tous les festivaliers que j’ai croisés  à Rabat, qu’ils soient cinéphiles ou simples spectateurs sont unanimes : L’édition de cette année du festival du « cinéma d’auteur » est un fiasco total. Salles désertes, débats inexistants, conditions de travail déplorables pour les membres du jury, programmation hasardeuse et incohérente, non respect des horaires, films déjà vus…. J’ai beau passer devant le stand magnifique dressé devant l’ex ministère de l’Information pour abriter les débats, je n’ai vu que des chaises vides et une table rectangulaire qui crève d’ennui. La belle salle du Renaissance qui fut naguère un haut lieu de cinéphilie, apprêtée pour la circonstance est devenu semble t-il un four…où d’illustres invités ont failli étouffer. Heureusement que le Bar mitoyen du Renaissance ouvre généreusement ses portes pour accueillir les convives malmenés, autour d’une bière fraiche…


 affoudlward


Il est temps que cesse le scandale de ce non événement qui a lieu chaque année et que le Conseil Préfectoral arrête une fois pour toutes d’accorder des deniers publics à ce pseudo festival dirigé par des gens aussi frivoles qu’incompétents, et totalement ignorants des choses du septième Art. Non qu’il faille supprimer l’idée d’un  Festival cinématographique, la Capitale en a bien besoin, mais le confier à une équipe compétente avec de vrais cinéphiles et des gens qui ont le sens de l’organisation et une crédibilité en la matière.


hadeln


Depuis 2009 le scandale a éclaté au grand jour, lors de la quinzième édition quand le Président du jury Moritz de Hadeln, qui n’est pas n’importe qui, a pointé dans un langage feutré et diplomatique les dysfonctionnements d’ordre logistique,  la disparité des niveaux des films et l’hétérogénéité  de la programmation et l’absence de ligne conductrice dans la sélection des films en compétition,  avant de recommander dans sa déclaration finale, lue devant convives et diplomates lors de la cérémonie de clôture « davantage d’efforts…pour redonner au festival le prestige qu’il mérite ». En langage diplomatique c’est une gifle aux organisateurs car de mémoire de cinéphile jamais un jury ne s’est arrêté sur les aspects organisationnels des festivals sinon pour louer les mérites des organisateurs. Et Moritz de Hadeln sait de quoi il parle, lui qui a fait le festival de Berlin et rénové celui de Venise.

 

Rabat mérite mieux, car la Capitale du Royaume du Maroc qui arbore fièrement sa nouvelle Constitution donnée en exemple aux pays arabes et à beaucoup de pays riverains, ne peut rester à la traîne sur ce plan, d’autant plus qu’elle fut longtemps l’épicentre de la cinéphilie marocaine et continue à abriter les institutions cinématographiques du pays (CCM, Cinémathèque…).

Rabat la belle, avec son nouveau tramway et ses avenues inondés de lumière et balayés par la brise atlantique en cette période estivale, mérite un grand festival. Et je ne voudrais pas m’écrier comme naguère Kateb Yacine : Elle est belle ma ville mais elle ne m’appartient pas !

 

Commenter cet article

Toubiana 03/07/2011 06:33


Cher Mohamed, votre blog est une source d'informations vraiment intéressantes sur le cinéma au Maroc, et sur la cinéphilie et son histoire. Ce qui en fait l'intérêt c'est d'abord votre point de vue
et votre engagement pour défendre des films et des idées. Vous vous référez souvent à la vie des ciné-clubs marocains, dans les années 70 et 80. Cela me rappelle de très bons souvenirs, lorsque je
venais, souvent avec Serge Daney, animer des séminaires. Amicalement, Serge Toubiana


catherine miller 03/07/2011 01:25


bonjour Mohamed je suis d'accord, nous avons vu qq films super mais l'organisation est un désastre et l'absence d'information, de médiatisation. Pas pu trouvé un programme digne de ce nom qui
permettait d'avoir des informations sur les films!!! quel dommage et oui les salles étaient vides sauf pour la soirée d'ouverture et celle de clotûre, les mondanités quoi!!!